Accueil » Actualité » Le chat torturé retrouvé vivant, mais « assez mal en point »

Le chat torturé retrouvé vivant, mais « assez mal en point »

Le pauvre chat torturé par Farid Ghilas alias Farid de la Morlette aurait été retrouvé vivant, une patte brisée…

Marseille : le chat torturé aurait été retrouvé vivant

Le chat, prénommé Oscar, qui a été victime de violences par un individu qui avait filmé et diffusé ses tortures sur Facebook, appartient à un habitant du 15e arrondissement de Marseille qui l’avait offert à ses enfants et qui était à sa recherche depuis une dizaine de jours.

C’était la première fois que les trois enfants de Majid adoptaient un animal. Du haut de leurs 6 mois, 2 et 4 ans, les trois garçons de la cité de la Maurelette à Marseille (Bouches-du-Rhône) ne cessent depuis quinze jours d’interroger leur père sur le sort d’Oscar. Ce samedi, la famille a enfin reçu des nouvelles du petit félin de 5 mois et devrait le récupérer dans l’après-midi.

La vidéo du «lancer de chat», initialement partagée sur le profil Facebook de «Farid de la Morlette», a tant ému le quartier que l’homme ayant recueilli le chat a fini par en entendre parler.

«C’est un amoureux des animaux qui l’a trouvé, la pâte cassée, assez mal en point. Il a essayé de le soigner mais il parait qu’il a vraiment besoin de voir un vétérinaire», s’inquiète le père de famille, joint par leparisien.fr, quelques heures avant de se rendre au domicile du «sauveur».

« J’ai peur que le chat soit traumatisé »

«Le problème, c’est que ce monsieur doute de notre sincérité, il n’est pas sûr que nous soyons vraiment les propriétaires d’Oscar et veut voir si le chat reconnaît mes enfants», poursuit Majid, qui n’a pas montré la séquence à ses garçons, mais identifie bien l’animal qu’il a vu naître. «Je n’ai pas de papier pour lui, il n’a pas de tatouage, rien. Mais il est né d’une portée d’une des deux chattes de ma mère», assure le Marseillais.

«J’ai juste peur que le chat soit un peu traumatisé et qu’il ne nous reconnaisse pas tout de suite», réfléchit Majid avant de se rassurer : «Non mais il n’y aura pas de souci…»

«Farid de la Morlette», lui, a formellement été identifié par la police qui a interpellé vendredi le jeune homme de 25 ans. Présenté au Parquet ce samedi, Farid risque deux ans de prison et jusqu’à 30.000 euros d’amende pour «sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux». Il a également de grandes chances d’être privé du droit de détenir un animal.

email

Laisser un commentaire

Close
Suivez-nous